Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Conseiller Municipal Les Républicains  de la ville de Cognac et Conseiller Communautaire de Grand Cognac

Noël BELLIOT - Cognac d'abord !

Conseiller Municipal Les Républicains de la ville de Cognac et Conseiller Communautaire de Grand Cognac

Le coeur de ville d'abord !

com

 PHOTO DE COGNAC VUE DU CIEL

Projet d’Aménagement et de Développement Durable

de la ville de Cognac

Conseil Municipal du jeudi 11 avril 2013

Monsieur le Maire, chers collègues,

Permettez-nous pour débuter de vous rappeler :

  • que la procédure d’élaboration du Plan Local d’Urbanisme de Cognac a été engagée le 20 mars 2006, il y a  plus de 7 ans
  • qu’il était prévu, dans le dernier compte rendu de la commission ad hoc de novembre 2007, que la phase du Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD) devait être achevée en mars 2008.

Cinq ans plus tard, après une mise en sommeil de 3 ans, nous arrivons enfin à l’examen du PADD.

Il était temps car le « projet de Loi de développement des solidarités territoriales et de la démocratie locale », adopté hier en Conseil des Ministres,  prévoit expressément le transfert automatique de la compétence PLU aux  intercommunalités qui devient PLUI.

Il n’en reste pas moins vrai que pour nous l’échelle de planification n’est plus celle de la commune mais plus logiquement celle de l’intercommunalité déjà compétente dans les domaines du transport, de l’habitat social, du développement économique, du Tourisme…… autant de domaines clés pour la mise en œuvre d’un véritable projet de territoire.  

Le PADD est un document politique essentiel qui  arrête les orientations générales qui viendront définir la vocation, les principes de construction et d’occupation des sols des sites de développement stratégiques  pour les 10  prochaines années.

Le premier constat est que les orientations proposées aujourd’hui sont les mêmes que celles posées en 2007. La seule différence porte sur une réduction sensible de certaines zones aménageables pour prendre en compte les perspectives retenues d’évolution de notre population. Et c’est bien là la question de fond !

Quel scénario de développement, pour quelle population à l’horizon 2024 ?

Sachant que :

  • De 1990 à 1999, date du dernier recensement général,  Cognac avait gagné  7 habitants
  • De 1999 à 2006,  Cognac a perdu 125 habitants

Depuis,  la tendance s’accélère, de 2006 à 2010, en seulement 4 ans Cognac a perdu 852 habitants soit en moyenne plus de  200 habitants par an.

Plus inquiétant, sur les neuf grandes aires urbaines du Poitou-Charentes celle de Cognac enregistre l’évolution annuelle moyenne la plus faible.

  • De 1999 à 2010 la population n’a progressé que de 368 habitants alors que pour la même période Saintes progressait de 6372 habitants.

Où en sommes-nous réellement aujourd’hui ?

Se pose en conséquence la question de fond de l’hypothèse de la réalité du développement de notre population pour les 10 prochaines années et donc de l’attractivité de notre territoire.

La seconde question de fond qui  se pose est :

Quel équilibre entre requalification du tissu ancien et extensions nouvelles ?

Vous  vous fixez un objectif modeste de 500 logements à réaliser sur 10 ans, ce qui devrait permettre l’arrivée de 1100 nouveaux habitants.

Ces logements construits se feraient pour 20% sur l’emprise urbaine actuelle et pour 80% sur de nouveaux secteurs avec comme constante 20% de logement sociaux.

Soit sur 10 ans la construction de 400 logements sur de nouveaux secteurs et 100 logements sur l’emprise urbaine actuelle ce qui fait seulement 10 logements par an.

A l’échelle de 10 ans cette répartition n’apparaît ni réaliste, ni souhaitable.

Nous sommes d’accord pour compléter certaines opérations récentes ou envisager d’ouvrir à l’urbanisation des zones déjà viabilisées comme dans le secteur de l’hôpital

Par contre, l’ouverture de zones à l’urbanisation comme celle du « Fief Caillon »sur 27 hectares, projet qualifié d’aussi important que le fût dans les années 70 la création du quartier de Crouin, suppose le renversement d’une tendance lourde de diminution de population dont on ne voit pas aujourd’hui les prémices.

Pour mémoire Crouin, sans Montplaisir, c’est 786 logements pour 1575 habitants alors que le projet du « Fief Caillon » prévoit, lui, 300 logements pour 600 nouveaux habitants ce qui correspond à peu près à la population de Javrezac.

Est-il besoin de préciser qu’une procédure de Zone d’Aménagement Concerté (ZAC) est très longue,  que nous ne maitrisons pas le foncier et qu’aujourd’hui les investisseurs publics ou privés se font rares.

Nous pensons a contrario qu’il serait plus judicieux de miser en priorité sur la reconquête du centre-urbain  

Des opportunités importantes de requalification existent avec la mutation de nombreux  bâtiments industriels ou commerciaux et notamment des chais au cœur de la ville

Cognac possède en outre de nombreux  logements vacants,  souvent vétustes et inadaptés, 10,5% en 2006, sans aucun doute beaucoup plus aujourd’hui ?

C’est bien là qu’il faut porter nos efforts, c’est le moyen d’enrayer notre perte de population et d’attirer de nouveaux habitants au plus près du centre. C’est aussi la meilleure façon de conforter l’activité de nos commerces.

Enfin, face à la difficulté d’attirer de nouvelles populations, la création d’une offre nouvelle en dehors de l’emprise  urbaine actuelle  ne risque-t-elle pas de vider encore un peu plus le centre-ville au profit d’un nouveau  quartier en périphérie.

Avec le vieillissement de la population et les coûts de transport nous assistons, partout, à un retour des populations vers les centres villes.

A nous d’en créer les conditions.

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

patrick abadie 12/04/2013 18:51


Je partage votre avis:il faut privilégier la réhabilitation des logements du centre ville.Il ne faut pas oublier également que la hausse continue des impôts locaux fait aussi fuir la population.