Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Conseiller Municipal Les Républicains  de la ville de Cognac et Conseiller Communautaire de Grand Cognac

Noël BELLIOT - Cognac d'abord !

Conseiller Municipal Les Républicains de la ville de Cognac et Conseiller Communautaire de Grand Cognac

Gourinchas "Sans cap ni vision et à côté des véritables enjeux"

com

NOEL

Surprenant que Michel Gourinchas éprouve subitement le besoin de mettre en avant qu’il est le « Maire des Cognaçais et non pas d’un camp » aurait-il besoin de gommer son image affirmée de militant socialiste alors que tous les pouvoirs sont désormais aux mains d’un seul parti, le sien ?

Cet entretien montre un homme exclusivement dans le discours « proximité, attractivité, solidarité » sans cap ni vision stratégique et à coté des véritables  enjeux pour notre ville. 

Comment lutter pour l’emploi alors que le chômage n’a jamais été aussi haut à Cognac ?

Comment lutter  contre la baisse de population alors que Cognac va passer sous la barre des 19.000 habitants ?

Quelle politique en matière d’habitat alors que Cognac compte plus de 11% de logements vacants ? 

Comment éviter la hausse systématique des impôts locaux infligés aux Cognaçais depuis le début de son mandat ?

Comment répondre aux attentes de nos concitoyens en matière de voirie, de propreté et de sécurité……. ?

Quelle place pour Cognac au sein de la Communauté de Communes ?

Autant d’enjeux pour lesquels il n’apporte pas de réponse. Après 4 ans ½ de mandat les Cognaçais ont des raisons d’être déçus face à cet immobilisme et à ce manque d’ambition.

 

Gourinchas 1.09.2012 1

 

Gourinchas 1.09.2012 2

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Reactchateaubern 27/09/2012 19:28


Bonjour


Je suis surpris des propos du Maire de Cognac et surtout ceux de son chef de cabinet.


"lorsqu'un agent est absent....."


 


Il est surprenant que la Mairie soit encore à notre époque son propre assureur pour le personnel.


Il existe des assurances qui couvrent l'absentéisme des agents. Certes il y a des jours de carence qui sont pris en charge par la
Mairie mais globalement et pour des absences prolongées l'assurance est un bon moyen pour faire des économies. Cela se pratique dans au moins une commune de l’intercommunalité depuis 1983.


 


Il faut se renseigner auprès d'assurances privées ou du Centre de gestion.


 De plus, une réunion régulière entre responsables des différentes communes de l'intercommunalité serait la bien venue pour
mettre en commun les solutions trouvées par chacune d'elles pour faire des économies.


 


Quand on négocie les primes de fin d'année, il est bon d'avoir un critère d'absentéisme afin d'éviter les excès; encore une source
d'économie.


 


Avant de penser à supprimer des emplois, il serait bon de repenser l'organisation des services car aucun agent ne peut s'épanouir
dans son travail s'il se sent inutile. Dire qu'il y a trop de personnel c'est reconnaître sa mauvaise gestion des services et des hommes.


 


Une autre approche serait de signer plus de conventions entre communes ou département pour facturer au réel les heures d'entretien
passées par les agents pour l'entretien du patrimoine commun et qui peut être fait sur place.


 


Il faut analyser aussi le coût des travaux effectués en régie (par les agents) par rapport à des devis d'entrepreneur et ne retenir
que celui qui est le moins cher.


 


Enfin il faut, en optimisant la fiscalité, veiller à bien enregistrer les dépenses d'investissement faites en régie en"
immobilisations" et non pas, par facilité, les enregistrer toujours en frais de fonctionnement. L'enregistrement en immobilisations permet de
récupérer la TVA sur les achats de matériaux et diminuer le coût du personnel. (voir la comptabilité analytique de gestion)


 


Deux autres sources d'économies non négligeables


 


Faire un inventaire chaque année des biens existants et en état de fonctionner car
il est anormal d'assurer des biens qui n'existent plus ou qui sont obsolètes.


 


Le mal des mairies est de ne pas revoir chaque année ses contrats d'assurance, les
conventions, les contrats d'emprunts bancaires, le contenu de son patrimoine... ce qui finit par coûter très cher aux contribuables.


 


La facilité de dire "j'ai des recettes qui manquent pour engager mes projets, donc j'augmente les impôts et j'opère une coupe sombre
sur les frais de personnel" est une habitude trop répandue. Le contribuable n'en peut plus.


 


Les indemnités des élus qui font parler beaucoup en ce moment, couvrent, entre autre, les frais de déplacement, donc il suffit
d'interdire aux Adjoints d'utiliser les voitures de fonction ce qui aura pour conséquence de réduire les frais et peut-être le parc automobile.


 


En ce qui concerne les subventions aux associations, il serait bon de demander non seulement leur budget prévisionnel mais aussi
leurs comptes annuels avec les justificatifs des réalisations subventionnées et un état des comptes bancaires établi par les banques. Il faut
s'attendre à des surprises.


 


L'époque ou l'argent était facile et peu chère est révolue.


Les nouvelles techniques de gestion, la nécessité de former les élus pour une efficacité presque digne d'un professionnel sont
obligatoires si nous voulons nous sortir de la crise.


 


Combien d'élus ne savent pas lire un budget,


Combien d'élus acceptent d'engager des dépenses pour s'assurer d'une éventuelle réélection,


Si nous ne réagissons pas, les petites mairies, le département sont appelés à disparaître.