Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Conseiller Municipal Les Républicains  de la ville de Cognac et Conseiller Communautaire de Grand Cognac

Noël BELLIOT - Cognac d'abord !

Conseiller Municipal Les Républicains de la ville de Cognac et Conseiller Communautaire de Grand Cognac

Chais Monnet acte 3 "Classement sans suite"

com

Site Monnet avenue Paul Firino Martell 

Le journal Sud Ouest a publié, récemment,  une série d’articles de grande qualité qui ont permis, de faire découvrir et surtout de prendre conscience de la valeur patrimoniale d’un site, encore méconnu d’une grande majorité de cognaçais, « Les Chais Monnet », et de relancer le débat  par une question volontairement provocatrice « Est-ce une bonne idée de céder les Chais Monnet ? ».

La question mérite effectivement d’être, à nouveau, posée tant il est vrai que votre volonté manifeste de ne pas protéger le site intrigue et montre à l’évidence, votre manque d’intérêt à vouloir préserver ce patrimoine historique de la ville à l’architecture remarquable, un exemple tout-à-fait unique de structure industrielle intégrée de la première moitié du XIXe siècle.

Contrairement à vous, nous avions pourtant tout mis en œuvre pour que soit protégé les Chais Monnet.

La première mesure de protection du site que nous ayons prise, a été son acquisition par la ville. La Société Hennessy, propriétaire l’avait mis en vente et nous l’avions acquis pour avoir la maîtrise de son devenir et, surtout, le mettre à l’abri de promoteurs peu scrupuleux.

La seconde mesure de protection que nous ayons engagée, en novembre 2006, se trouve à travers   l’élaboration d’une Zone de Protection du Patrimoine Architectural Urbain et Paysager (Z.P.P.A.U.P).

C’est au cours de  la dernière réunion de la commission Z.P.P.A.U.P, tenue sous notre mandat, que  Monsieur Loïc GUILBOT, Architecte des Bâtiments de France de l’époque, a considéré que l’étude était suffisamment avancée pour un  passage en Commission Régionale du Patrimoine et des Sites  (C.R.P.S).

C’est à ce stade que nous avons conclu à la nécessité  d’engager une procédure de classement  des Chais Monnet  auprès de la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC). Demande de classement que nous avons effectuée  début 2008.

C’est la troisième mesure de protection que nous ayons entrepris.

Après les élections municipales de mars 2008, la DRAC vous a écrit pour vous demander  de lui transmettre un certain nombre de documents afin de poursuivre l’instruction du dossier de classement. Demande de classement d’ailleurs évoquée à plusieurs reprises lors de différentes réunions de la commission Z.P.P.A.U.P. tenues sous votre mandat.

Nous avons  appris, récemment et fortuitement,  que vous aviez  répondu à la DRAC  que vous ne souhaitiez pas donner suite à  notre demande de classement. Une décision prise en catimini, à quelle date ? Par qui ?     Le fait est, que ce choix politique, pour le moins contestable, n’a fait l’objet  d’aucune communication de votre part. Nous en comprenons aisément, désormais, les raisons !

En ce qui concerne l’élaboration de la Z.P.P.A.U.P, si elle a été poursuivie par votre majorité, et fait l’objet d’une première présentation en Commission Régionale du Patrimoine et des Sites puis en réunion publique, elle n’a pas pour autant  abouti à la validation d’un règlement définitif. On en connaît, là encore, les raisons et les pressions exercées par le Groupe CELA. Pressions que vous avez acceptées en juillet dernier, contre notre avis, en vous engageant, par voie d’avenant, à ne  délibérer sur la mise en place de la Z.P.P.A.U.P qu’après le 1er septembre 2011 et l’obtention, par CELA, de ses permis de construire et de démolir. Un choix discutable !

Aussi, et contrairement à certaines affirmations, c’est bien votre majorité qui a retiré la demande de classement que nous avions déposée auprès de la DRAC et gelé la Z.P.P.A.U.P à la demande du Groupe CELA, le tout pour laisser une totale liberté d’action à un promoteur, marchand de défiscalisation, qui exige de s’exonérer de toute contrainte réglementaire ce qui, vous en conviendrez, ne peut que renforcer nos doutes  sur ses véritables intentions.

Doutes confortés lors de la réunion du comité de suivi des Chais Monnet du 9 novembre dernier au cours de laquelle le représentant de la société TERRIADE, après s’être emporté plus que de raison,  n’a pas hésité à vous menacer de retirer son projet si une demande de protection était de nouveau envisagée.

Mesdames et Messieurs de la majorité, ne considérez pas une protection patrimoniale  comme une contrainte là où il faut bien voir une chance, ne vendez pas, sans le protéger, un site qui figure à l’inventaire général du patrimoine culturel national. Un ensemble unique, à l’architecture remarquable, qui présente, par sa spécificité et son unité,  un intérêt public majeur d’autant que le site porte le nom de Jean Monnet, né à Cognac, ancien négociant et l’un des pères fondateurs de la construction européenne.

Enfin,  n’est-il pas surprenant qu’une municipalité qui prétend vouloir obtenir le prestigieux label « Ville d’art et d’histoire » tourne résolument le dos à un site qui constitue, pourtant, un témoignage historique fondamental pour notre ville.

Sans vouloir remettre en cause un projet pour la ville, la question est de savoir si nous devons céder les Chais Monnet à n’importe quelle condition et au mépris de leur protection ?

 

Print
Repost

Commenter cet article