Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Conseiller Municipal Les Républicains  de la ville de Cognac et Conseiller Communautaire de Grand Cognac

Noël BELLIOT - Cognac d'abord !

Conseiller Municipal Les Républicains de la ville de Cognac et Conseiller Communautaire de Grand Cognac

Chais Monnet acte 5 "La Cathédrale"

com

Chai la cathédraleCourrier adressé le 31 janvier 2011 à Monsieur Jean-Paul GODDERIDGE,

 

Monsieur le Directeur Régional des Affaires Culturelles de Poitou-Charentes,

Je fais suite à mon entretien du 8 novembre dernier avec Madame Manon HANSEMANN, Architecte des Bâtiments de France de Charente ainsi qu’a l’échange de mail, de même date, avec Monsieur Pierre CAZENAVE, Conservateur régional des Monuments Historiques,  au sujet de la protection des Chais Monnet à Cognac et plus particulièrement du Chai dit « la Cathédrale » qui se trouve aujourd’hui  menacé dans sa conservation.

Pour mémoire, les Chais Monnet  construits entre 1838 et 1849 sur un site de 2,5 ha, sont situés 48 à 52 avenue Paul Firino Martell, au cœur de la ville de Cognac. L’ensemble est composé de  bâtiments industriels, chais dont le remarquable « Grand Chai des foudres » dit « la cathédrale », tonnellerie, atelier de fabrication, bureaux, conciergerie et maison du négociant.

Les chais Monnet, acquis par la ville de Cognac en 2006 à la société Hennessy, figurent à l’inventaire général du patrimoine culturel national. Cet ensemble unique, à l’architecture remarquable, présente, par sa spécificité et son unité,  un intérêt public majeur d’autant que le site porte le nom de Jean Monnet, né à Cognac, ancien négociant et l’un des pères fondateurs de la construction européenne.

En novembre 2006, la municipalité précédente avait entrepris l’élaboration d’une Zone de Protection du Patrimoine Architectural Urbain et Paysager.

Ces travaux, repris par l’actuelle municipalité, se sont achevés le 2 décembre 2009, sans pour autant  aboutir à la validation d’un règlement définitif.

Par ailleurs, la précédente municipalité avait engagée une procédure de classement des Chais Monnet auprès de votre Direction Régionale des Affaires Culturelles.

Après les élections municipales de mars 2008, la D.R.A.C à demandé à la ville de Cognac de lui fournir un certain nombre de documents pour finaliser l’instruction du  dossier de classement, ce à quoi  la nouvelle municipalité a signifié, en juin 2008, ne pas vouloir donner suite à cette  demande.

Depuis, la ville de Cognac a signé un compromis de vente avec un promoteur, agissant pour le compte du Groupe CELA, avec pour projet de créer un  complexe touristique, d’affaires et résidentiel dans le cadre de la Loi de défiscalisation Bouvard / Scellier Meublé LMNP.

Ce compromis a déjà fait l’objet de trois avenants dont l’un, en date de juillet 2010,  au terme duquel le Groupe CELA a exigé que la ville de Cognac  reporte, au 1er septembre 2011,  la mise en place de sa  Z.P.P.A.U.P afin de s’exonérer de toute contrainte réglementaire.

Devant l’émoi provoqué par cette décision inique le promoteur a changé de stratégie et fait marche arrière en donnant l’impression d’accepter la plupart des demandes formulées par Madame HANSEMANN, sans pour autant oublier de rappeler  que rien ne l’oblige à travailler avec l’architecte des bâtiments de France pour les aménagements intérieurs.

Outre les difficultés financières que rencontre le Groupe CELA à travers sa principale filiale GT VACANCES et  après l’abandon de ses trois derniers  projets,  le Centre Thermoludique de Sylvanès, le Centre Thermal à Saint Jean d’Angely ou encore  l’aménagement des Lacs de Haute Charente,  le Groupe CELA  fait, désormais, l’objet d’une grande défiance et apparaît, pour beaucoup, comme un promoteur sans scrupule qui ne respecte pas ses engagements.

Comment dès lors lui confier les clefs des Chais Monnet sans protéger le site.

Enfin, le Maire de Cognac  a indiqué, courant décembre, que le Chai cathédrale faisait l’objet d’importantes infiltrations et qu’une pierre s’étant détachée un mur menaçait de s’écrouler. Sachant par ailleurs que si le projet du Groupe CELA devait aboutir, malgré tout, les travaux ne seraient pas engagés, au mieux, avant 2013, la dernière mouture du compromis de vente ne prévoyant pas la signature de l’acte authentique et le paiement du terrain avant le 30 septembre 2012.

Aussi, considérant que le maintien de notre patrimoine industriel constitue un enjeu majeur, que le chai dit « la cathédrale » est menacé d’altération imminente voir de disparition, j’ai l’honneur de solliciter, par l’intermédiaire de vos services et de Monsieur le Préfet de région, Monsieur le Ministre de la culture et de la communication afin qu’il puisse prendre une décision d’instance de classement permettant à vos services de mettre en œuvre la procédure normale de classement.

Je vous remercie, par avance, de la suite que vous voudrez bien donner à ma demande et vous prie de croire, Monsieur le Directeur Régional des Affaires Culturelles, à l’expression de mes respectueuses salutations.

Print
Repost

Commenter cet article