Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Noël BELLIOT - COGNAC

Municipales des 15 et 22 mars 2020 "Des candidats en quête d'Actions au Coeur de Ville"

6 Janvier 2020 , Rédigé par Noël BELLIOT

Libre Opinion - Lettre n°4 : 06 janvier 2020

Chers amis, lecteurs de mon blog, Chères Cognaçaises, Chers Cognaçais,

Permettez-moi, dans un premier temps, de vous présenter mes vœux les plus sincères et chaleureux pour cette nouvelle année 2020, pour vous et vos proches, avec comme priorité une excellente santé.

Je souhaite que l’année 2020 soit, pour notre ville, l’année du changement de politique et que son nouveau Maire ait pour ambition de redonner à Cognac identité et rayonnement à l’image de son produit éponyme et fasse que notre ville, qui doit retrouver toute sa place au sein de l’Agglomération, soit encore plus attractive, dynamique et animée.

Les fêtes de fin d’année sont passées, la morosité ambiante, due aux conflits sociaux, ne doit pas nous faire perdre de vue que nous sommes dans la dernière ligne droite à seulement 70 jours du 1er tour des élections municipales du 15 mars 2020. Le moment pour les candidats de finaliser leur liste, présenter leurs colistiers, mettre en avant leurs projets et surtout être au plus près du terrain pour convaincre nos concitoyens et leur donner, à tous, l’envie d’aller voter !

231 candidats pour 7 listes, un record pour Cognac ! 

En 2014, il n’y avait que 4 listes dont celle que j’ai eu l’honneur de conduire. Une   liste d’union de la Droite et du Centre, « COGNAC d’abord ! » avec à l’époque le soutien, revendiqué, de l’UMP, de l’UDI et du MODEM, ce qui ne m’a pas empêché, à l’époque, de rassembler des femmes et des hommes de sensibilités différentes représentant majoritairement la société civile dans son expression la plus large. Aujourd’hui, les candidats, en majorité, n’ont plus le courage de mettre en avant leur affiliation à un parti, allant même jusqu’à refuser le soutien officiel de leur famille politique, personne n’est dupe mais cette attitude timorée ne peut inspirer que méfiance pour la suite.

Mes anciens colistiers éparpillés façon puzzle

Je constate, par ailleurs, que de nombreux colistiers des listes que j’ai constituées depuis 1995 figurent, déjà, dans plusieurs des listes en présence. L’amitié et l’estime que je leurs porte me fait regretter cet éparpillement et confirme qu’aucun des quatre candidats qui se réclament de la Droite et du Centre n’ait su rassembler. L’union n’est pas toujours la garantie de gagner, mais l’éparpillement est le meilleur moyen pour perdre.

Jean Hubert LELIEVRE (LR) – Liste « En Avant Cognac » a été le premier, en décembre, à révéler les noms des 31 colistiers sur 32 qui vont l’accompagner, reste une place réservée à une candidate mystère dont qu’il évoque malicieusement que c’est « une personnalité connue de tout le monde qui pourrait pâtir d’apparaître maintenant » ménageant ainsi un suspense savamment orchestré. Je note, dans sa liste, la présence de 6 de mes colistiers, ceux de 2014 « COGNAC d’abord ! » Emilie RICHAUD, Richard FERCHAUD, Florence PECHEVIS, André HIVERT et Marilyn RAVET ainsi que Bernard BAUDRAND qui figurait sur mes listes en 1995, 2001 et 2008.

D’autres candidats ont choisi de distiller au compte-gouttes les noms de leurs colistiers, par pure tactique ou plus surement, parce qu’ils éprouvent quelques difficultés à trouver 32 colistiers.

Morgan BERGER (Divers Droite) – Liste « notre parti c’est COGNAC », a fait connaître une partie de son équipe (16), avec la présence de 3 de mes colistiers, ceux de 2014 « COGNAC d’abord ! » Julien HAUSSER, Patrice BOISSON ainsi que Bernard HANUS qui figurait sur mes listes en 1995 et 2001.

Jonathan MUNOZ (Divers Gauche) – Liste « COGNAC EN COMMUN » a annoncé les noms de 18 de ses colistiers, je note sans surprise la présence d’une de mes colistières de 2014 « COGNAC d’abord ! » Dominique DAIGRE qui avait hésité à l’époque entre ma liste et celle menée par Michel GOURINCHAS.

La liste à la gauche de la gauche « Notre Territoire en commun » initiée par la France insoumise a révélé ses 12 premiers noms mais sans pour autant dévoiler sa tête de liste qui reste en suspens et pourrait même faire l’objet d’un vote des militants !

Damien BERTRAND (LREM), vient de faire connaître le nom de la liste qu’il conduira en mars prochain « COGNAC en GRAND ». Il donne rendez-vous aux cognaçaises et cognaçais le vendredi 17 janvier 2020 à 19h00 au Centre de Congrès la Salamandre pour la réunion de lancement de sa campagne. Il devrait y dévoiler les premiers éléments forts de ses propositions pour Cognac ainsi que la présentation de son équipe. Ce sera incontestablement un moment attendu et fondateur pour ce novice en politique qui est le seul des candidats, tête de liste, à ne s’être jamais soumis aux suffrages de ses concitoyens.

Il faudra encore patienter pour connaître les premiers colistiers de Pascaline BRISSET (Le nouveau centre) – Liste « Bien vivre ! COGNAC » qui attend patiemment son heure dans le calme de sa confortable permanence de la rue d’Angoulême.

Isabelle LASSALLE (RN) communiquera, comme elle en a la pratique, au tout dernier moment, les noms de ses colistiers qui, eux, pour le coup « pourraient véritablement pâlir d’apparaître maintenant ».

Reste que les candidats devront déposer leur liste en préfecture avant le jeudi 27 février à 18h dernier délais !

Avec « Action Cœur de Ville » Cognac se projette à l’horizon 2040 !

Le programme national Action Cœur de ville, initié par le gouvernement, vise à conforter le rôle et la place des villes moyennes dans l’armature territoriale Française. La ville de Cognac figure dans la liste des 222 villes retenues pour bénéficier du dispositif dénommé « Opération de revitalisation du territoire » qui offre des outils juridiques nouveaux destinés à maitriser leur développement et faciliter la revitalisation de leur centre de ville. Une chance unique que Cognac se devait de saisir pour projeter notre ville à l’horizon 2040 !

Le mois de décembre a connu une étape décisive avec le vote en Conseil Municipal le 18/12/2019 et en Conseil d’Agglomération de Grand Cognac le 19/12/2019, d’un programme de 88 actions préalablement adopté par le Comité de pilotage du 26 novembre 2019 en présence de l’ensemble des partenaires d’Action Cœur de Ville, l’Etat, la ville de Cognac, l’Agglomération de Grand Cognac, l’Etablissement Public Foncier, la Banque des Territoires et Action Logement.

Il serait fastidieux d’énumérer, ici, les 88 actions d’un catalogue qui reprend des projets déjà connus, et souvent présentés comme prioritaires depuis des années, dont le coût en investissements représente près de 60 millions d’euros. Aussi, même avec les Co-financements espérés il faudra, au moins, 3 ou 4 mandats pour en réaliser l’essentiel.

Néanmoins, afin de vous donner un aperçu de l’importance et du coût des projets en question j’ai choisi de vous présenter 25 actions qui m’apparaissent les plus représentatives :

  • Transformer l’ilot du Doyenné, rue Aristide Briand, soit en site culturel de type cinéma, soit en logements / services avec éventuellement une cellule commerciale, coût : 1.830.000€
  • Ilot place du Canton (ancien Carré Blanc et Foci) à réhabiliter en commerces et logements ou services, coût acquisition immeuble : 350.000€, travaux : non chiffrés
  • Créer 90 logements en écoquartier, terrain des Verriers situé à l’arrière de l’ancien hôpital, coût : 9.000.000€
  • Créer 16 logements sociaux en petites maisons individuelles sur le site de l’ancien hôpital, coût : 2.450.000€
  • Réaliser un nouveau Foyer des Jeunes Travailleurs sur un terrain de l’ancien hôpital, coût : 5.794.117€
  • Réhabiliter et redynamiser les Halles de Cognac et leurs abords, coût : 6.000.000€
  • Réaménagement de la Place François 1er, coût : 4.000.000€
  • Réaménagement de la Place Martell et l’avenue P.F Martell, coût : 6.000.000€
  • Réaménager l’intégralité de la voirie de la D924 entre le Boulevard de Paris / l’Avenue Victor Hugo et la limite communale (entrée de ville), coût : non chiffré mais le montant sera de plusieurs millions d’euros
  • Restructurer les commerces de la rue Aristide Briand pour augmenter la taille des cellules commerciales, coût : non chiffré
  • Moderniser le dispositif de sonorisation du centre-ville, coût : 30.000€
  • Plan vélo, différentes actions, coût : 220.000€
  • Nouvelle signalétique urbaine, coût : 270.000€
  • Installation d’une passerelle piétonne pour relier les deux rives de la Charente, coût : non chiffré
  • Mettre aux normes de stationnement les parkings de la ville, coût : 400.000€
  • Remplacer les horodateurs, coût : 70.000€
  • Déployer un système indiquant en temps réel les places de stationnement disponibles sur parkings et voies publiques, coût : 70.000€
  • Aménager les tours de la Porte Saint-Jacques, coût : étude 40.000€, travaux : non chiffrés
  • Réaliser un mapping sur les Tours Saint-Jacques, coût : 150.000€
  • Mise en lumière des principaux bâtiments publiques, coût : 150.000€
  • Repenser l’organisation de la Place d’Armes, coût : 1.000.000€
  • Créer ou soutenir la création d’un cinéma d’art et d’essai, coût : entre 500.000€ et 1.500.000€ selon le scénario
  • Création d’un Centre de santé municipal, coût : entre 50.000€ et 150.000€
  • Créer une maison des associations dans les locaux réhabilités de l’ancien hôpital, coût : 5.035.000€
  • Etude de réaménagement de la Place du Solençon et de la Place de la Levade, coût : non chiffré

A ces projets, il convient d’ajouter, sans être exhaustif :

  • Des investissements déjà programmés comme la vidéoprotection pour 300.000€ ou encore le projet communautaire de rénovation du parc des sport pour un montant de 6.500.000€.
  • Des investissements pluriannuels concernant, les travaux de voirie, dont il faudrait doubler le budget pendant 10 ans pour simplement rattraper le retard pris depuis 12 ans, l’entretien des écoles, les bâtiments communaux, le renouvellement des équipements nécessaires au fonctionnement des services.

A cela s’ajoute une multitude de dépenses nouvelles qui vont impacter significativement le budget de fonctionnement de quoi donner des cheveux blancs au futur grand argentier municipal.

Néanmoins, ce document arrive à point nommé pour nourrir à satiété les programmes des candidats au fauteuil de Maire de Cognac et permettre à Michel GOURINCHAS d’endosser la paternité d’actions qu’il n’aura pas à financer. En 12 ans, il n’aura pas su redresser les finances de la ville, qui reste fortement endettée, et au terme de son dernier mandat il choisit habilement de laisser à son successeur le soin d’assurer le vote du budget 2020 dont l’équilibre incertain s’avère encore plus alarmant que les exercices précédents et ceci dans un temps extrêmement court pour se conformer au délais légal fixé au 30 avril 2020.

C’est désormais aux candidats de mettre en avant les actions qu’ils jugent prioritaires et raisonnablement finançables à moins qu’au nom de la démocratie participative ils jugent utile de consulter les Cognaçaises et les cognaçais !

Je vous souhaite de nouveau une excellente année 2020 et vous dit à bientôt, pour la suite, sur mon blog

www.belliot.fr

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article