Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Noël BELLIOT - COGNAC

Municipales des 15 et 22 mars 2020 à Cognac "Les candidats abattent leurs cartes"

30 Janvier 2020 , Rédigé par Noël BELLIOT

Libre Opinion - Lettre n°5 : 31 janvier 2020

Chers amis, lecteurs de mon blog, Chères Cognaçaises, Chers Cognaçais,

Le mois de janvier est traditionnellement marqué par les interminables cérémonies des vœux. Cette année, et pour la dernière fois, Michel GOURINCHAS a présenté les siens aux Cognaçaises et aux Cognaçais, en tant que Maire de Cognac. Il y a rappelé ses convictions de gauche, en soulignant qu’il avait mené une politique pragmatique sans perdre aucune de ses convictions, ni aucun des fondamentaux qui constituent son corps de pensée......

Je suis certain que Michel GOURINCHAS est sincère et que son engagement pour la ville a été total. Je partage également sa définition de la fonction de Maire, « Maire, c’est prendre la vie des gens en pleine figure, avec des peines, des engueulades, des joies et des éclats de rire, c’est l’image de la vie », ce qui en fait, sans aucun doute pour moi comme pour lui, le plus beau des mandats.

S’il est de bon ton, mais parfaitement hypocrite pour certains, d’encenser Michel GOURINCHAS parce qu’il ne se représente pas, en ce qui me concerne, j’ai souvent contesté ses choix et regretté que le pragmatisme, dont il se réclame, soit souvent empreint d’une certaine naïveté ce qui l’a conduit à de spectaculaires reculades. Il m’apparaît tout aussi illusoire, de vouloir occulter la situation financière délicate de la ville dont il ne saurait s’exonérer après 12 ans de mandat.

Je laisse aux Cognaçaises et aux Cognaçais le soin de juger le bilan de deux mandats où les flops ont, pour moi, été plus nombreux que les tops. Et même s’il y a eu de belles réalisations la ville les doit d’avantage au privé qu’au public.

 

Après la trêve des confiseurs la campagne est repartie sur les chapeaux de roues !

Le mois de janvier sonne véritablement le début d’une campagne qui s’annonce désormais dense et animée avec une avalanche de réunions publiques, de documents programme et à grand renfort de vidéos et de messages largement diffusés sur les réseaux sociaux.

 

Jonathan MUNOZ (Divers Gauche) – Liste « COGNAC EN COMMUN » est le premier à avoir publié son document programme complet et présenté la totalité des 32 colistiers qui constituent sa liste dont 12 figuraient déjà sur la liste de Michel GOURINCHAS en 2014. Un document de 24 pages de belle facture dans lequel il affiche ses convictions de gauche, affirme vouloir poursuivre le travail mené par la majorité actuelle et assure qu’avec lui l’ensemble des actions menées depuis 2008 continueront, personne n’en doutait !

Au titre des rénovations urbaines qu’il souhaite privilégier il y a, la Place Martell, la Place François 1eret l’avenue Victor Hugo. Mais aussi, la création d’un Eco-quartier sur le terrain des Verriers, la poursuite du projet de centre de santé municipal avec des médecins salariés par la ville.

Evidemment ceux qui souhaitent un changement de politique ne devraient pas être sensible aux arguments du Dauphin de Michel GOURINCHAS qui n’est pas crédible sur le chapitre « Cognac en Commun performant dans la stratégie financière » d’autant qu’il souligne, avec lucidité, un contexte incertain et qu’il avait déclaré il y a peu « Celui qui dit qu’il n’augmentera pas les impôts est un menteur ».

Il présente actuellement son projet municipal dans le cadre de 5 réunions de quartier du 27 janvier au 7 février et annonce la tenue d’une grande réunion publique de 1ER tour le mercredi 11 mars au Centre des Congrès La Salamandre à 20h.

 

Damien BERTRAND (LREM), Liste « COGNAC en GRAND » a profité de ce mois de janvier pour lancer véritablement sa campagne, en trois temps.

Au début du mois, par la distribution d’un document « avant-programme » de 8 pages dans lequel il se propose de mettre le Cap sur les Transitions qui doivent préparer Cognac, en douceur, aux évolutions et changements à mettre en œuvre pour donner une impulsion nouvelle à la cité des eaux de vie.

Outre les passerelles sur la Charente déjà évoquées, figure au titre de ses priorités, le projet urbain majeur de son mandat qui consiste à donner une identité forte à l’entrée principale de la ville en réaménageant complètement l’Avenue d’Angoulême et l’Avenue Victor Hugo, de l’hôpital jusqu’à la Place François 1er. Un projet ambitieux, mais à mes yeux impératif, qui doit être mené de concert et en co-financement avec la ville de Châteaubernard, le Département et l’Agglomération de Grand Cognac. Il envisage également, la rénovation des halles, la création d’une Maison de la Transition dans l’ancien centre culturel du doyenné et indique vouloir s’engager pour aider à la création de Centres de santé.

Enfin, pour affirmer qu’il est parfaitement conscient que le destin de Cognac et de Grand Cognac sont liés, Damien BERTRAND a dénommé sa liste « COGNAC en GRAND » avec pour slogan « une ville plus forte pour un territoire plus fort ».

Le 17 janvier, au Centre des Congrès la Salamandre, Damien BERTRAND organisait avec son équipe, sa toute première réunion publique. Entre 120 et 150 participants ont fait le déplacement pour écouter les grandes lignes de son avant-projet et découvrir le candidat qui, à cette occasion, présentait ses 10 premiers colistiers. Je note la présence de 2 de mes colistiers. En 2014 « COGNAC d’abord ! » Elena STRASKAYA et Anne-Marie BASTIE sur mes listes en 1995 et 2001.

Enfin, passage obligé, Damien BERTRAND a organisé 5 réunions de quartiers qui se sont déroulées du 20 au 30 janvier.

La première grosse surprise de la campagne est à mettre au crédit de Damien BERTRAND (LREM) avec l’annonce de la présence sur sa liste de Jean-François HEROUARD (Europe Ecologie Les Verts), Adjoint à l’environnement de Michel GOURINCHAS depuis 12 ans. C’est incontestablement un coup dur pour le Dauphin du Maire de Cognac. Il explique les raisons de son ralliement et ne ménage pas le candidat Divers Gauche qui dit-il a multiplié « les bourdes et les maladresses » se référant sans doute et notamment, à l’épisode du plagiat grossier et ajoute perfidement « il sera sans doute au second tour mais a-t-il l’étoffe et le charisme d’un maire ? ». La réponse de Jonathan MUNOZ est à la hauteur de son amertume. En qualifiant le ralliement de Jean François HEROUARD de « lamentable, pathétique, inadmissible », l’ancien Directeur de Cabinet du Maire de Cognac n’a visiblement pas fait preuve du sang-froid indispensable pour devenir le 1er magistrat de la ville.

De retour du Pérou, le pragmatique Maire de Cognac se devait de venir, une nouvelle fois, à la rescousse de son poulain. Outre le fait de rallier un autre candidat que le sien, Jean François HEROUARD avait eu l’outrecuidance de dire dans la presse que « Michel GOURINCHAS ne s’intéresse guère à l’écologie » cela méritait bien qu’il lui retire sa délégation et ses indemnités d’Adjoint à l’environnement.

Le dernier coup dur porté à la campagne de Jonathan MUNOZ concerne le retrait imposé de sa liste de Jean François VALEGEAS, Adjoint en charge du domaine public de Michel GOURINCHAS, qui a été également contraint de démissionner du Conseil Municipal car mis en cause, au sein même de la Mairie de Cognac, pour une suspicion de harcèlement sexuel.

 

 

Morgan BERGER (Divers Droite) – Liste « notre parti c’est COGNAC », est le second des principaux candidats au fauteuil de Maire de Cognac à avoir présenter l’intégralité des membres de sa liste et à dévoiler, dans un document de 28 pages, son projet municipal. Il ne faut pas chercher dans celui-ci de mesures spectaculaires ni de propositions démagogiques mais au contraire du réalisme et du pragmatique.

Le sérieux budgétaire et la stabilité fiscale qu’il promet reposent néanmoins sur une négociation, avec l’Agglomération de Grand Cognac, d’un pacte budgétaire et fiscal prenant en compte la réalité des ressources et des charges de la ville centre, ce qui est loin d’être gagné.

Le candidat, qui veut respecter l’essentiel des engagements pris par la majorité actuelle, met en avant, dans un projet fortement axé sur sa volonté d’améliorer notablement le cadre de vie des Cognaçaises et des Cognaçais, la remise en activité des serres municipales, la poursuite de la création d’une maison de santé municipale. Il veut mener une réflexion sur la construction d’une passerelle piétonne et cyclable entre les deux rives de la Charente et indique que la priorité urbanistique de son mandat sera le réaménagement de la rue Victor Hugo. www.berger2020.fr 

Il va détailler son projet lors de 5 réunions de quartiers programmées du 21 janvier au 11 février et annonce un nouveau meeting de campagne le mardi 10 mars - Espace 3000 à 19h30 où il avait déjà réuni 600 personnes lors du lancement de sa campagne.

 

Jean Hubert LELIEVRE (LR) – Liste « En Avant Cognac ». Le candidat Les Républicains vient de distribuer sa 3ème lettre aux Cognaçaises et Cognaçais on y découvre quelques nouveaux points de son projet et le trombinoscope de 32 des 33 candidats de sa liste.

Il souhaite renforcer les partenariats avec Châteaubernard, ce qui me semble positif avec l’objectif, non avoué mais nécessaire, de fusionner à terme les deux communes qui sont naturellement complémentaire en termes d’aménagement urbain et commercial et dont la mutualisation des moyens engendrerait de sérieuses économies. C’est aussi le moyen rapide pour dépasser le seuil des 20.000 habitants synonyme de dotation globale de fonctionnement versée et bonifiée par l’Etat.

Il propose, sans détail sur le type de formation visée, de créer une Ecole supérieur dans l’enceinte de la Villa François 1er (lorsque le conservatoire aura déménagé) et d’installer le Centre d’animation au Prieuré St Léger, rue Aristide Briand (si la bibliothèque déménage).

Il entérine son idée saugrenue de transport public gratuit, mais payé par le contribuable Cognaçais. Le projet le plus spectaculaire de son programme serait de créer une Cité des spiritueux sur le modèle de la cité du vin à Bordeaux, ajoutant avec gourmandise « avec un très beau geste architectural », sans préciser le lieu envisagé (pour mémoire, la cité du vin a couté en investissement 81 millions d’euros H.T dans le cadre d’un partenariat Public/Privé dont 31 millions d’euros H.T à la charge de la ville de Bordeaux qui compte plus de 250.000 habitants).

Il faut croire que, pour Jean Hubert LELIEVRE, la situation financière de la ville et sa capacité réduite d’investissement n’empêche pas de faire rêver !

Le candidat organise 5 réunions dans les différentes maisons de quartier du 3 au 21 février à 19h et une réunion publique de fin de campagne le jeudi 12 mars à 19h30 à Espace 3000.

 

Pascaline BRISSET (Les Centristes) – Liste « Bien vivre ! COGNAC » la candidate centriste, qui s’estimait en manque de notoriété, a fait distribuer en début d’année une carte de vœux tirée à 10000 exemplaires dans laquelle elle met en avant son parcours personnel.

Dans un second document, en cours de distribution, la candidate centriste y présente les 5 premiers colistiers de sa liste. Elle doit annoncer les noms suivants, 5 par 5, lors des 10 réunions publiques qu’elle va animer du 28 janvier au 13 mars à 19h (2 dates par maison de quartier).

Dans ce document, le premier sujet mis en avant par Pascaline BRISSET est consacré au domaine de la santé, « sa priorité des priorités », avec notamment la validation et l’amélioration du projet de centre de santé municipal initié par la majorité actuelle. Elle s’engage à stabiliser les subventions aux associations qui restent encore dans le giron municipal. Signataire de la Charte ANTICOR, la candidate s’engage à faire de Cognac une ville plus éthique.

Lors de sa première réunion de quartier, à St Jacques, la candidate Centriste a présenté 5 nouveaux colistiers et s’est intéressée particulièrement au domaine de l’écologie avec la réouverture des serres municipales et la réhabilitation de l’ancienne piscine d’été pour y installer une « Maison des projets environnement et culture ».

 

Isabelle LASSALLE (RN), qui fera une campagne à minima, a adressé aux Cognaçaises et aux Cognaçais un questionnaire « Vous avez la parole ! » afin dit-elle « de travailler avec vous sur un nouveau projet au plus près de vos nouvelles attentes ». Un questionnaire aux questions fermées où l’on doit répondre par oui, non ou sans opinion ce qui ne permet pas aux participants de véritablement s’exprimer et en conséquence présente peu d’intérêt.

La candidate doit organiser sa seule réunion publique, le dimanche 1er mars à la Salamandre, en présence de Paul GARAUD, député européen et vice-président de la Droite Populaire mouvement politique créé en 2010 par Thierry MARIANI et affilié depuis 2019 au Rassemblement National (RN) de Marine LE PEN, elle devrait y présenter ses colistiers et son programme.

 

La liste citoyenne, comprenant une majorité de personnes issues du Front de Gauche et de la France Insoumise - Liste « Notre Territoire en commun », a mis en ligne 158 propositions reparties en 5 axes. C’est pour l’essentiel des propositions déjà évoquées lors de la campagne des municipales de 2014 par la liste « Résistons par les actes », menée par Brigitte BONNEAU, qui avait été éliminée dès le 1er tour avec un score de 7,36%. https://notre-territoire-en-commun.blogspot.com

 

Quelle place pour Cognac au sein de l’Agglomération ?

L’interview donnée, il y a quelque temps à la presse, par Jérôme SOURISSEAU, Président de l’Agglomération de Grand Cognac, résume assez bien sa vision de la répartition des rôles entre une Agglomération dominante et une ville centre dépendante.

Jérôme SOURISSEAU, qui devrait selon toute vraisemblance se succéder à lui-même, considère que le futur Maire de Cognac ne pourra pas raisonnablement briguer la présidence de l’Agglomération, il aurait pu préciser que les communes rurales sont majoritaires au sein de l’Agglomération ce qui exclut, à priori, que le Maire de la ville centre puisse espérer redevenir président de l’Agglomération. Michel GOURINCHAS, premier Président de Grand Cognac, mis en minorité en cours de mandat, n’a pas pu ou su résister à cette logique.

Jérôme SOURISSEAU limite, par ailleurs, l’action des Maires de l’Agglomération à « Embellir les rues, développer le village, rénover les écoles, entretenir les églises… » signifiant ainsi que les Maires ne sont plus en mesure de prendre de décisions seuls, notamment pour des investissements importants mais aussi, pour Cognac, dans les domaines emblématiques de la culture et du sport, sans l’aval expresse et les financements de l’Agglomération.

Jérôme SOURISSEAU indique, en forme d’avertissement, dans quelles conditions les candidats aux élections municipales peuvent promettre tel ou tel projet, sans savoir s’ils auront la main pour le faire passer au niveau de Grand Cognac ajoutant « Cela n’empêche pas les candidats d’avoir des projets. Ma porte est grande ouverte pour discuter, je le dis à tous les candidats aux municipales ».

Aussi, la gouvernance de l’Agglomération est-elle un enjeu majeur et la nécessité pour la nouvelle majorité municipale de Cognac de retrouver toute sa place au sein de l’exécutif intercommunal.

A bientôt, pour la suite, sur mon blog

En janvier, vous avez été 874 visiteurs à avoir pris connaissance de ma 4ème lettre mensuelle, je vous en remercie.

 

www.belliot.fr

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article