Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Noël BELLIOT - COGNAC

Municipales des 15 et 22 mars 2020 à Cognac "En septembre, les candidats sortent du bois"

2 Octobre 2019 , Rédigé par Noël BELLIOT

Libre Opinion - Lettre n°2 : 02 octobre 2019

Chers amis, lecteurs de mon blog, Chères Cognaçaises, Chers Cognaçais,

Quelques échos du 1er mois de campagne

Septembre est traditionnellement le mois où débutent les vendanges dans le cognaçais, c’est aussi les prémices de l’automne, la saison des champignons où les feuilles des arbres commencent à tomber, cette année c’est le mois choisi par les candidats, au fauteuil de Maire, pour sortir du bois.

Jonathan MUNOZ (LE DAUPHIN - Divers Gauche). Liste « Cognac en commun »

Pris en flagrant délit de plagiat, dans sa 1ère lettre distribuée aux Cognaçais, l'ex patron du Parti Socialiste charentais a pompé des phrases entières de la déclaration de candidature du Maire de Cannes de 2013 ! ça fait tâche. Le copieur, mis à la colle par La Charente Libre, ne pouvait pas commencer plus mal sa campagne. Avec cette petite plaisanterie la crédibilité et la sincérité de ses arguments  vont en prendre un sacré coup !

Le candidat utilise trois couleurs pour mettre en avant les principaux thèmes de son projet, le Bleu, symbole d’une vie quotidienne « sûre et tranquille », le vert, pour la transition écologique et le rouge pour la solidarité et le partage. Il part avec 1/3 de sortants dont trois Adjoints, Romuald CARRY, Danielle JOURZAC et Jean François VALEGEAS.

Il revendique, sans surprise, une liste ancrée à gauche et indique vouloir inscrire son action dans la continuité de celle de la majorité actuelle.

Damien BERTRAND (L’OUTSIDER - LREM). Liste « Demain Cognac »

Fraichement investi par LREM le candidat, accompagné de membres de son équipe a annoncé, lors d’une conférence de presse, la mise en place d’un collectif « Demain Cognac » définissant sa méthode et ses objectifs. Ateliers et conférences ouverts aux citoyens, plate-forme de réflexion et laboratoire d’idées.

Son logo comporte 3 couleurs symboles, le bleu pour le fleuve Charente, le rouge ambré pour le Cognac et le vert pour la qualité de vie. Il revendique des valeurs progressistes et humanistes.

Jean Hubert LELIEVRE (LE POLITIQUE - LR) Liste « En avant Cognac »

Arès avoir distribué sa 1ère lettre aux Cognaçais, le candidat organisait, le 25 septembre, sa première réunion publique au Centre des Congrès La Salamandre avec environ 250 personnes. Du classique et du déjà vu dans la continuité des campagnes des anciens candidats de la Droite cognaçaise. Des élus et anciens élus de Droite, des militants et sympathisants LR des deux Charentes, des colistiers en famille et finalement assez peu de citoyens votants à Cognac.

Le candidat, friand de phrases chocs comme « Nous voulons être des facilitateurs du quotidien et incarner la culture de la solution », est accompagné de quatre de mes colistiers de 2014, Emilie RICHAUD, Florence PECHEVIS, Richard FERCHAUD et André HIVERT

Morgan BERGER (LE FILLEUL – Divers Droite) – Liste « Notre parti c’est Cognac »

Pour sa première réunion publique, organisée le 26 septembre à l’espace 3000, Morgan BERGER a réuni près de 600 personnes. C’est incontestablement la surprise de ce début de campagne.

Avec ce joli succès populaire Morgan BERGER récolte le patient travail de terrain engagé auprès des Cognaçais depuis des années, au centre-ville mais surtout au cœur des quartiers.

Malgré ce lancement réussi la route sera longue pour le benjamin des candidats.

Pascaline BRISSET (LA CENTRISTE)

Une Permanence ouverte rue d’Angoulême et déjà un projet phare qui détonne. La candidate souhaite en effet déplacer le parc des sports, alors même que l’Agglomération s’apprête à voter une enveloppe de travaux de 6,5 millions d’euros, et veut y créer à la place un éco quartier alors même que le site est en zone classée ? Quelques observateurs avertis, de la vie politique locale, chuchotent, déjà, qu’elle ne sera pas en capacité de constituer une liste ?

Isabelle LASSALLE (l’EXTREMISTE - RN)

La candidate précise vouloir attendre le mois de janvier pour présenter son programme qui sera dans la continuité de celui de 2014. Nous le connaissons : c’est reprendre les idées des autres, elle l’a déjà démontré ! Quant aux membres de sa liste ils devraient être connus (ou pas) à l’ouverture de la campagne officielle.

Serge LEBRETON (LE MILITANT - LFI)

Discret il attend son heure et n’aura pas de difficulté pour reprendre les thèmes chers à la France Insoumise et trouver les 32 colistiers nécessaires.

Rien ne presse !

La campagne sera longue jusqu’au 15 mars prochain date du 1er tour et comme l’indique le candidat LREM « Rien ne presse, travaillons le fond avant la forme. Une liste n’a jamais fait un projet, mais d’un projet on peut faire une liste »

Une ville pauvre dans une Agglomération riche !

Les candidats commencent timidement à développer les grands thèmes de leur projet. N’oublions pas que les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent. Si tous font des promesses, il faut garder raison et rester objectif quant aux capacités financières pour les réaliser.

Ainsi, le premier obstacle que vont devoir franchir les candidats est comment redresser les finances de la ville et comment retrouver des marges de manœuvre sans dépendre principalement du bon vouloir d’une Agglomération majoritairement rurale.

L’économie du Cognac n’a jamais été aussi florissante avec encore cette année des ventes records. Grand Cognac compte parmi les Agglomérations les plus riches de France et pourtant paradoxalement la ville Centre n’arrive plus à boucler son budget.

Depuis plusieurs années la ville relève du réseau d’alerte de la Direction Générale des Finances Publiques et de la Préfecture avec l’obligation de mettre en œuvre les recommandations de la Chambre Régionale des comptes. En quelque sorte, une forme de mise sous tutelle allégée.

Il découle de cette situation financière dégradée une capacité d’autofinancement très insuffisante pour porter des projets ambitieux pour l’avenir et   permettre de réaliser les investissements nécessaires aux besoins courants de la ville, voirie, propreté, bâtiments communaux, écoles….

Le contexte national qui pèse sur le budget des collectivités avec notamment une baisse des dotations de l’Etat n’explique pas, à lui seul, la dégradation des finances de la ville d’autant que les augmentations successives des taux des impôts locaux infligées aux cognaçais, depuis 2008 fait que le produit des impôts ménages a augmenté plus que la baisse des dotations de l’Etat.

Les raisons sont ailleurs. Elles tiennent au déséquilibre structurel du budget municipal aggravé par l’augmentation des dépenses de fonctionnement générées lors du 1er mandat de Michel GOURINCHAS et son incapacité à renégocier les conditions d’un pacte fiscal et financier équilibré entre Grand Cognac et ses communes membres.

Les mesures timides et tardives prises, la vente de nombreux immeubles propriété de la ville n’ont pas permis d’équilibrer les finances de la ville ni d’en réduire l’endettement.

La ville dépend désormais du bon vouloir de l’Agglomération comme cette année où la ville a pu boucler son budget grâce à une dotation de solidarité exceptionnelle accordée à la seule ville considérée comme pauvre de l’Agglomération « Cognac ».

Que comptent faire nos candidats ?

Jonathan MUNOZ a quant à lui, d’ores et déjà déclaré, à l’intention de ses concurrents, que « Celui qui dit qu’il n’augmentera pas les impôts est un menteur » ! Les Cognaçais savent, par avance avec lui, à quoi sans tenir !

Aussi, un candidat crédible sera celui qui, dans son projet et son financement, saura se rappeler que son budget se construit notamment des efforts produits par les entreprises et les impôts versés par les citoyens.

A bientôt, pour la suite, sur mon blog

Noêl BELLIOT - Blog www.belliot.fr

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Albert 02/10/2019 12:52

...

Albert 02/10/2019 12:51

…..